fbpx

Quel conseiller financier choisir pour bien gérer et optimiser votre patrimoine ? Conseiller de banque ? Conseiller en gestion de patrimoine (CGP) ? Banque privée ? Avocat fiscaliste ? Notaire ? Qui vous servira le mieux ? Réfléchissez bien avant de choisir et signer chez le premier conseiller financier venu. Car le premier venu ou le plus proche de chez vous n’est pas forcément le meilleur. Alors pourquoi choisir un conseiller en gestion de patrimoine et comment bien le choisir ?

Au travers de cet article, je vous présente plusieurs profils de clients, correspondants à différents niveaux de patrimoine. Pour chaque profil patrimonial, j’expose de quelle façon vous pouvez tirer parti d’un conseiller en gestion de patrimoine. Dans de nombreuses situations, le conseiller en gestion de patrimoine se révèle indispensable afin d’optimiser et d’éviter les erreurs de gestion pouvant entraîner des conséquences lourdes en termes de performance, de fiscalité ou de transmission.

À force de travail et d’épargne, ou par héritage, vous avez amassé une somme rondelette : 30 k€, 100 k€, 1 M€ ou plus encore ? Vous disposez d’une capacité d’épargne (et/ou d’emprunt) significative et cherchez les meilleurs leviers pour construire votre patrimoine ? Vous pouvez vous sentir dépassé et vous vous demandez si vous avez besoin des conseils d’un professionnel pour placer cet argent.

Les atouts des conseillers en gestion de patrimoine (CGP)

Un conseiller en gestion de patrimoine (CGP) sera précieux dans de nombreuses circonstances, telles que la préparation de la succession, une expatriation, un changement de situation personnelle ou financière ou tout simplement pour tout mettre à plat.

Rien à voir avec les soi-disant CGP qui vous démarchent et donne de pseudo conseil, avec pour seul objectif de vendre du Pinel ou autre produit très chargé en frais.

Il faut que les intérêts du CGP et du client soient alignés, donc il faut bien choisir son conseiller.

Pourquoi consulter un conseiller en gestion de patrimoine ?

Les conseillers en gestion de patrimoine (CGP) ont coutume de se définir comme les médecins de famille du patrimoine familial. En effet, le CGP établit une relation de confiance, ainsi le client se confie et expose sa vie personnelle, professionnelle et ses projets. Puis le CGP établit un diagnostic patrimonial, donne des préconisations et conseils et assure le suivi à long terme. Du moins c’est ce que fait un bon CGP.

L’accompagnement peut être transgénérationnel et peut viser à optimiser la succession familiale. Il s’agit d’abord de développer au mieux votre patrimoine selon votre situation personnelle, en actionnant les bons leviers (capacité d’épargne ET capacité d’emprunt).

Entre autres missions des conseillers en gestion de patrimoine, on peut citer :

  • Analyse et conseils sur votre situation juridique et civile (contrat de mariage ? Testament ? Optimisation de transmission de patrimoine ? Rédaction de clause bénéficiaire en assurance vie, etc.) ; fiscale (défiscaliser ou optimiser fiscalement ?) ; et financière (allocation patrimoniale sur mesure) de votre patrimoine.
  • Mise en place d’un plan d’actions via lettre de mission si vous acceptez les conseils prodigués (allocation patrimoniale sur mesure, optimisation fiscale, gestion déléguée, etc.). Par exemple, cela peut passer par le montage d’un investissement immobilier avec optimisation du rendement en optant pour le meilleur régime fiscal dans votre situation (LMNP ? Denormandie ? Création d’une SCI ? Etc.)
  • Suivi dans le temps : sur la base d’une lettre de mission annuelle de suivi, le CGP peut s’assurer régulièrement de l’adéquation des mesures prises avec l’évolution de votre situation familiale, professionnelle et patrimoniale. Par ailleurs, il pourra établir votre déclaration d’impôt sur le revenu tous les ans.

Bien entendu, plus votre « surface financière » sera importante et plus la valeur ajoutée d’un bon conseiller en gestion de patrimoine sera réelle en termes de gain de temps et d’argent. Cela dit, recourir aux services d’un CGP peut être pertinent également avec un patrimoine modeste si le potentiel est là, notamment pour les professions libérales et entrepreneurs (et plus généralement pour tout individu ou foyer avec une bonne capacité d’épargne et/ou d’endettement).

Comment choisir un bon conseiller en gestion de patrimoine ?

Il existe plusieurs types de conseillers en gestion de patrimoine. En agence bancaire, on rencontre beaucoup de CGP, mais ils sont dépendants des produits maison et on peut estimer que le conseil est biaisé.

Alors privilégiez plutôt les CGPI (conseillers en gestion de patrimoine indépendants), ils sont rémunérés à l’heure de conseil ; ou les CGPL (conseillers en gestion de patrimoine libéraux) travaillant en architecture ouverte avec un grand choix de produits et partenaires différents. Sachez que la réglementation française tend d’ailleurs vers ce modèle anglo-saxon, plus sain et qui garantit plus d’indépendance. Et chez Camilleservices, votre CGP est indépendant.

 

Les atouts des conseillers en gestion de patrimoine

Que penser des conseillers bancaires ?

Par mimétisme social, par habitude, ou par tradition familiale, vous êtes certainement client d’une banque que vous suivez fidèlement. Il s’agit probablement de la banque héritée de vos parents ou de celle rejointe à l’occasion d’un crédit immobilier, et c’est votre conseiller clientèle qui place votre argent. Vous signez quasiment les yeux fermés en le croyant sur parole tel votre médecin de famille, sans chercher à vous informer ou à comparer les conseils ou les produits.

Les frais sont-ils toujours justifiés au regard du conseil délivré et des investissements proposés ? Les frais sont souvent bien cachés et intégrés à la performance servie, vous en payez sans doute sans même vous en rendre compte (frais sur versement, frais de gestion, droits de garde, etc.) Sans compter les coûts d’opportunité, c’est à dire ce que vous gagneriez en plus si vous placiez mieux, et les conseils manqués notamment en termes d’optimisation patrimoniale et fiscale.

Selon votre niveau de patrimoine et vos capacités d’épargne et d’emprunt, vous n’aurez pas les mêmes enjeux et pas besoin des mêmes conseils.

 

Patrimoine inférieur à 200 000 € : « monsieur et madame tout le monde »

 

Votre conseiller est habituellement le conseiller clientèle particulier, en banque de réseau. Ce dernier gère en moyenne un portefeuille de 1 000 clients. À éviter, ce n’est pas un conseiller mais un commercial chargé de vendre les produits de sa banque.

Déléguer à un conseiller en gestion de patrimoine ?

Faites appel à un conseiller en gestion de patrimoine (CGP) pour économiser. Pour les patrimoines significatifs, le coût du CGP est largement compensé par l’optimisation qu’apportera le CGP à votre allocation patrimoniale. Cette optimisation portera à la fois sur le rendement des placements, sur des conseils patrimoniaux et sur l’optimisation fiscale. Au passage, le conseiller pourra optimiser la fiscalité des successions en étudiant l’allocation patrimoniale au niveau familial.

S’agissant des « petits patrimoines » (soit quelques dizaines de milliers d’euros), votre CGP va permettre la création de votre patrimoine. Des conseils personnalisés, vous permettant de comprendre les différentes solutions d’investissement accessibles aux épargnants et de comparer les solutions que je vous propose. Je suis là pour mettre en place une pédagogie financière et réaliser les objectifs que vous fixez.

Chassez vos mauvaises habitudes et quittez votre zone de confort

Finalement, le plus dur pour vous sera donc de vous défaire de l’emprise de votre banque et d’ignorer ses « conseils », du moins ses placements de produits. Comprenez que vous n’êtes pas mariés et que vous devrez allez voir ailleurs pour mieux placer et gagner des milliers d’euros en frais et en surperformance.

A l’échelle d’une vie, la différence sera énorme en termes de développement de patrimoine et donc de niveau de vie et de sérénité. Si vous sautez le pas et prenez le temps de me contacter. Ce temps sera vite rentabilisé : vous y gagnerez de l’ordre de 1 000 € à 2 000 € par an.

Un CGP à Bouaye

Patrimoine entre 200 000 € et 1 000 000 € : clientèle aisée, dite « patrimoniale »

Professions libérales, cadres supérieurs, entrepreneurs, etc. Votre conseiller est habituellement le conseiller en gestion de patrimoine dans la filiale banque privée de votre banque de réseau. Ce « conseiller » gère en moyenne un portefeuille de 120 clients. A éviter, ce n’est pas un conseiller mais avant tout un commercial. En effet il ne peut pas être objectif, il ne peut que distribuer les produits de sa banque.

Résistez aux sirènes des filiales banque privée des banques de réseau

À ce niveau de patrimoine, les banques de réseau vous considèrent comme aisé. Elles vous déroulent le tapis rouge : Banque privée Crédit Agricole, BNP Private Banking, SG private banking, LCL banque privée, etc. Chaque banque grand public a sa banque privée pour la clientèle dite patrimoniale.

Mais à vrai dire, le titre de « banque privée » est très galvaudé dans les banques de réseau. La vraie banque privée digne de ce nom est accessible à partir de 10 M€ de patrimoine : Edmond de Rothschild, J.P.Morgan…

Ne vous laissez donc pas influencer par le beau mobilier et flatter par les titres pompeux. En effet, les produits vendus et services rendus y sont à peine supérieurs à ceux de votre agence classique. Vous aurez certainement accès à un « conseiller » plus qualifié, diplômé bac+5 en gestion de patrimoine, mais il ne pourra pas conseiller à proprement parler et il sera cantonné aux produits maison, loin d’être les meilleurs et avec un choix très restrictif. Par ailleurs, les appels à la défiscalisation seront de plus en plus forts, méfiez-vous, la défiscalisation est rarement rentable.

Garder la tête sur les épaules et bien investir

À ce niveau, ma stratégie reste imbattable : profitez au maximum des enveloppes fiscales (assurance-vie et PEA avant tout) et continuez de maîtriser les frais. En pratique, j’ouvre une bonne assurance-vie en fonds euros + un bon PEA investi en trackers et/ou une bonne gestion pilotéeJe suis plus à l’écoute des évolutions fiscales. Le retour sur investissement sera de l’ordre de 3 à 10 k€ par an de plus que ce que vous auriez en « banque privée » de banque de réseau.

En complément et pour la vision d’ensemble (allocation patrimoniale, optimisation fiscale, etc.), vous pouvez envisager de recourir aux services d’un bon conseiller en gestion de patrimoine. Ce dernier pourra notamment vous accompagner pour réaliser des opérations d’investissement immobilier à crédit et/ou bien optimiser votre fiscalité.

LES POINTS CLÉS À RETENIR

Avec l’essor d’internet et de l’information accessible à tous, les banques de réseau ne présentent plus beaucoup d’intérêt en dehors du compte-courant et du crédit immobilier. D’ailleurs, les agences ferment en masse ou comptent bien moins de « conseillers » ; ainsi c’est tout le secteur qui doit se repenser pour offrir une vraie valeur ajoutée.

Jusqu’à environ 1M€ de patrimoine à placer, donc pour une grande majorité des Français : il vaut mieux sortir de sa zone de confort et s’informer sur internet (si vous lisez ces lignes, vous êtes bien parti !), pour éviter les conseils non objectifs et les produits de piètre qualité trop chargés en frais. Une fois mieux informé, consultez un bon conseiller en gestion de patrimoine (CGP) pour optimiser votre situation patrimoniale et fiscale, en étant alors plus avisé pour porter un regard critique sur les conseils donnés.